Mentions légales - EN |​FR
Jean-Baptiste Robin (né en 1976) figure parmi les compositeurs et organistes français les plus réputés de sa génération.

Sa carrière de soliste l'amène à se produire en Europe, au Japon, en Corée du sud, en Russie, en Israël, au Canada et dans une vingtaine d'états en Amérique du nord (à Los Angeles, Washington, San Francisco, Seattle, Atlanta, Kansas City, Nashville, Salt Lake City, St. Paul/Minneapolis, etc.).
Il est par ailleurs invité à donner des récitals en soliste sur des scènes internationales comme le Woolsey Hall à New Haven, le Cincinnati Museum Center at Union terminal, le théâtre Mariinsky de St. Petersbourg, le Sejong Cultural Center de Séoul et le Musashino Recital Hall à Tokyo.
En Europe il se produit aux festivals Toulouse les orgues, Comminges, Roquevaire, Masevaux, Auvers-sur-Oise, Saintes, Saint-Riquier, Monaco, Haarlem, Porto, Madrid, Montserrat, Bonn, Dresden, Freiberg, Coblence, Potsdam-Sans Souci, Genève, Timisoara, etc.
Il joue également en duo avec les trompettistes Romain Leleu et David Guerrier ainsi qu'avec l'accordéoniste Richard Galliano.

Jean-Baptiste Robin est l'auteur d'une quarantaine d'oeuvres allant de l'instrument soliste au grand orchestre symphonique. Sa musique forte et inspirée « exprime, montre, raconte et donne à imaginer [...] par l'utilisation de modes symétriques qui lui sont propres et appelés "réfléchissants". [...] Il pose les bases d'un univers ample et stable et invente une couleur singulière et immédiatement reconnaissable » (Michel Gribenski). Ses oeuvres ont été dirigées par des musiciens tels que Laurent Petitgirard, Pierre Boulez ; par des formations comme l'Orchestre National de France, l'Ensemble intercontemporain, l'Orchestre Colonne, l'Orchestre d'Auvergne, l'Orchestre des Pays de Savoie, l'Orchestre Régional de Normandie, la Maîtrise de Notre-Dame de Paris, la Maîtrise de Radio France et des interprètes parmi lesquels François Salque, Xavier Phillips, François Chaplin, Jean Deroyer, Romain Leleu ou Vincent Warnier.

Professeur réputé, Jean-Baptiste Robin est Distinguished Artist in residence à l'université de Yale en 2014 et il est invité à donner des Master classes pour l'American Guild of Organist dans une dizaine de grandes villes aux USA, à l'Académie Internationale de Haarlem (ND), la Korean Association of Organists, l'Académie Musicale de la Chaise-Dieu, l'abbaye de Royaumont et chaque année à l'Académie de Poitiers.

Sa discographie comprend l'oeuvre d'orgue de Jehan Alain, Felix Mendelssohn, Louis Marchand et François Couperin, mais aussi de nombreux enregistrements de ses compositions. Elle a été saluée par la presse et a notamment reçue un « Diapason d'Or de l'année », le « Coup de coeur » de l'Académie Charles Cros, et un « Recommandé » par Classica.

Titulaire du grand orgue historique François-Henri Clicquot de la cathédrale de Poitiers de 2000 à 2010, il est par la suite nommé organiste "par quartier" de la Chapelle Royale du château de Versailles et professeur d'orgue et d'écriture au Conservatoire à Rayonnement Régional de Versailles.

Jean-Baptiste a obtenu sept premier prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et s'est perfectionné dans la classe de composition de George Benjamin au King's College of Music de Londres où il obtient un Master. Il a notamment reçu l'enseignement de Marie-Claire Alain au CRR de Paris, Olivier Latry et Michel Bouvard au CNSMDP, Louis Robilliard au CRR de Lyon, mais aussi Jean-François Zygel (Harmonie), Jean-Claude Henry (contrepoint), Olivier Trachier (Polyphonie Rénaissance), Edith Lejet (écriture du 20ème siècle) et Marc-André Dalbavie (orchestration). Il a débuté la musique au CRD de Saint-Quentin dans l'Aisne.
Il est lauréat de la Fondation Lagardère, de la Fondation Groupe Banque Populaire et le reçoit le Prix George Enesco (2009) et Hervé Dugardin (2016) de la SACEM.


Extraits de critiques :
« Robin se révèle être un maître dans les transcriptions d'oeuvres de piano et des couleurs vives abondent dans ses transcriptions symphoniques inspirées de Debussy, Albeniz, et Bartók. Son approche est également efficace dans le Prélude et Fugue de Liszt; les couleurs kaléidoscopiques de ses registrations ne sont ni excessives, ni distrayante, mais d'une portée symphonique spectaculaire et engageante. L'art de Robin est basée sur son approche particulièrement spectaculaire du rythme, un lyrisme expansif et une approche de la registration empreinte de couleur et de grandeur. »
Michael Unger, American Record Guide (Mai/Juin 2015)

« Les transcritpions de Robin n'assèchent rien. Elles puisent au coeur de l'oeuvre leur esprit et leur vitalité. Une technique irréprochable, une sensibilité toute pianistique et une oreille sûre achèvent de rendre à chaque page sa vitalité. »
David Loison, Classica (Octobre 2014)

« Sa propre composition est un ajout important à la fin de l'échelle cosmique des compositions pour orgue. Passionnante, engageante, exigeante, amusante, énergique: cette musique doit être entendu pour être crue. Incroyable ! Merci, Jean-Baptiste! »
Jonathan Dimmock, The Journal of the Association of Anglican Musicians in USA (Juin 2014)

« Ceci est une grande performance à l'orgue, dans ce qu'elle a de plus expressif et d'élégant - un véritable coup de poing sonore explosif qui soulève la chair de poule. »
John Terauds, Musical Toronto (Janvier 2014)

« Robin a étudié toute l'oeuvre d'orgue de Jehan avec Marie-Claire Alain. Il a ainsi une connaissance de cette oeuvre profonde et également murie par sa grande expérience du concert. Il possède des facilités technique inombrables en plus d'une expressivité, d'une musicalité poétique et d'une imagination qui l'amènent à réaliser avec succès cette musique.
Chaque génération apporte de nouvelles idées au répertoire classique de l'orgue, dont une grande partie de la musique d'Alain fait désormais partie. Ces enregistrements passionnants par Jean-Baptiste Robin sont sans doute le meilleur de la génération actuelle. »

James Hildreth, The American Organist (Mai 2013)

« Je n'ai jamais entendu une interprétation des Trois Danses de Jehan Alain qui puissent égaler celle de Robin: tour à tour sombre, poétique, dramatique et même frénétique, il rend cette suite si souvent maladroite vivante, elle prend vie comme un unique chef-d'oeuvre. »
Michael Fox, The Diapason (Décembre 2012)

« La musique de Jean-Baptiste Robin est imagée, suggestive, poétique et en même temps vivante, forte, passionnée. Il semble loin, à l'entendre, le temps où la musique contemporaine, se défiant de toute expression, se voulait pure structure ne renvoyant qu'à elle-même. Ici, la musique exprime, montre, raconte, donne à imaginer : c'est un monde en mouvement, ce sont des tableaux animés, des images vives coulées en une matière sonore nouvelle.
Car loin de se complaire dans une expressivité qui répète les formules du passé, le langage de Jean-Baptiste Robin innove résolument.
C'est d'abord par ses harmonies originales que le compositeur crée ce monde. Par l'utilisation de modes symétriques qui lui sont propres et joliment appelés « réfléchissants », il pose les bases d'un univers ample et stable et invente une couleur singulière et immédiatement reconnaissable.
Sur ce monde harmonique puissant se détache un discours mélodique très personnel : celui d'une voix tantôt contemplative, tantôt véhémente, fréquemment caractérisée par l'hésitation momentanée d'une petite note barrée et par l'élan de brefs traits ascendants.
Tout cela est animé par un travail rythmique varié, fait notamment d'ostinatos, d'incises souvent asymétriques, de moteurs associés à des motifs mélodiques eux aussi obstinés, donnant parfois lieu à une micropolyphonie très serrée qui donnent l'impression d'un grouillement de la matière sonore, en une sorte de panthéisme élémentaire.
Et cet univers à la fois complexe et clair, saisissable et saisissant, s'incarne ; ce n'est pas le moindre de ses puissants charmes, dans des jeux de sonorités d'orgue recherchés mais sans afféterie, toujours neufs et variés.
En somme, c'est l'immensité d'un espace-temps musical qui s'ouvre aux oreilles et à l'imagination de l'auditeur, jusque dans l'écho final d'un tintement d'horloge qui vient comme prolonger cet univers à l'infini. »

Michel Gribenski
Bio Photos